Travis Scott n’est pas seulement un artiste. C’est un super-héros. La plupart des artistes se contenteraient de monter sur scène, de réciter quelques bars, de faire vibrer la foule pendant une heure ou deux, puis de rentrer chez eux, satisfaits du travail bien fait. Pas Travis Scott. Certains rappeurs (et ils ont raison de le faire) préfèrent limiter leurs interactions avec leur foule par souci de leur propre sécurité. Pas Travis Scott. Enfin, mais non des moindres, la majorité des artistes ont tendance à s’en tenir à ce qui est généralement fait par peur d’aliéner leurs fans avec quelque chose de nouveau. Encore une fois, pas Travis Scott.

Montréal était en feu hier soir lorsque le rappeur de Houston est monté sur scène et a livré l’une des performances les plus divertissantes de la décennie. On ne peut s’empêcher d’être impressionné par le niveau d’engagement affiché par Travis Scott lors de sa tournée Astroworld et il doit être applaudi. J’aimerais certainement être une mouche sur le mur lorsque Travis présentait son concept à ses concepteurs de production: « Je veux me produire sur deux scènes et faire des allers-retours entre elles sur des montagnes russes que mon public pourra également monter avec moi. Oh, et je veux déclencher des feux d’artifice à l’intérieur du bâtiment « . Il est facile de voir pourquoi Joe Budden a théorisé que Travis a probablement tiré la totalité de ses revenus de son album bien reçu et l’a directement mis dans son spectacle. Mais les points forts d’Astroworld ne se limitent pas à la conception de la production. Il repose sur les fans. C’est quelque chose dont Travis Scott est très conscient et il n’a pas hésité à en valoir la peine.

Il y a eu un moment où quelques fans ont couru sur scène et ont essayé d’avoir leur moment de gloire aux côtés de l’artiste de Houston. Alors qu’ils sortaient de la scène, Travis les a encouragés à revenir et à faire leur truc pendant un petit moment avant de les oser surfer sur la foule. Ceci, mesdames et messieurs, est la marque d’un artiste qui valorise vraiment ses partisans. C’est aussi pourquoi Travis Scott deviendra l’un des artistes hip-hop les plus appréciés et les plus vénérés des années 2010.

Cela étant dit, votre plaisir d’Astroworld pourrait se limiter à votre familiarité avec l’artiste lui-même. Oui, nous devons nous adresser à « l’éléphant dans la pièce ». Le précédent album de Travis Scott n’a jamais dépassé les 80 000 exemplaires et il est plutôt évident qu’Astroworld (étant son meilleur travail) est le projet qui l’a fait passer d’un numéro de liste B à une mégastar. Et donc, pour chaque « Mode Sicko », « Chair de poule » ou « Effet Papillon », vous rencontrerez une douzaine de chansons dont vous n’auriez peut-être jamais entendu parler si vous n’étiez pas un fan hardcore depuis « Days Before Rodeo ». Vous aurez également besoin d’un certain niveau de tolérance à l’autotune à volume élevé car c’est son outil de signature le plus prisé.

De ce côté, Travis Scott sera à Toronto le 7 mars 2019 et si le spectacle de Montréal est révélateur de quelque chose, c’est qu’Astroworld n’est pas une tournée que vous voudrez manquer.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.