Elias Ymer (ci-dessus) est le meilleur joueur de tennis masculin de Suède, mais il n’est pas encore entré dans le top 100 mondial (zimbio.com)

La position de premier plan de la Suède dans le monde du tennis a été entravée par les entraîneurs nationaux « qui ne se sont pas améliorés », selon l’ancien numéro 4 mondial Robin Soderling.

Le joueur de 33 ans s’est exprimé sur la question lors d’une conférence de presse spéciale tenue jeudi à l’Open de France. Il a été le dernier joueur suédois à disputer la finale d’un tournoi du grand chelem en 2010 lorsqu’il a perdu contre Rafael Nadal à Roland-Garros. Sa carrière a pris fin abruptement après qu’il n’eut pas réussi à se remettre d’une maladie de longue durée. La soudure a été frappée par une mononucléose en 2011, une maladie virale également connue sous le nom de fièvre glandulaire. Il a passé quatre ans loin du tour avant de prendre officiellement sa retraite en 2015.

Depuis sa retraite, il n’y a pas encore d’autre superstar suédoise dans le sport. Les frères Ymer ont illustré leur potentiel, mais n’ont pas encore percé sur la scène principale. Elias, 22 ans, qui est entraîné par Soderling, a été classé jusqu’au 118e rang mondial et compte quatre titres challenger à son actif. Pendant ce temps, le frère cadet Mikael n’est pas encore entré dans le top 300. Ils sont actuellement deux des trois Suédois classés dans le top 400. L’autre est Markus Eriksson, 303e mondial.

« Le tennis est devenu très populaire en Suède, et tous les enfants, garçons et filles, voulaient commencer à jouer au tennis. Ensuite, vous amenez tous les enfants talentueux à vos sports, et bien sûr, c’est plus facile. » A expliqué Soderling.
« Rien que par le succès de Björn Borg, nous avions Stefan Edberg et Mats Wilander, puis Magnus (Norman), Thomas Enqvist, Thomas Johansson, tous ces joueurs, et c’était juste une chose autonome. Ça a juste continué. »

Alors, comment la Suède a-t-elle perdu son emprise sur le sport? C’est quelque chose qui est attribué à une variété de facteurs. Bien que pour Souder, il estime que cela est en grande partie lié à l’approche de son pays en matière d’entraînement. Au cours de la partie la plus réussie de sa carrière, il a été encadré par son compatriote Norman. Qui est depuis connu pour sa collaboration avec le triple champion du grand chelem Stan Wawrinka.

« On ne gagne pas des matches de tennis aujourd’hui de la même manière que dans les années 80 et 90.Je pense que la fédération, les entraîneurs en Suède ont été un peu paresseux parce qu’une chose fonctionnait depuis tant d’années, et ils pensaient que cela fonctionnerait tout seul à l’avenir. » Dit-il.
« Mais quand le tennis a changé, que le sport s’est amélioré, je ne pense pas que les entraîneurs se soient vraiment améliorés. Ils ne voyaient pas ce qui se passait, et ils entraînaient les joueurs de la même manière.
 » Je pense que c’est pour cela que nous n’avons aucun joueur. Et maintenant, il y a d’autres sports qui sont beaucoup plus populaires. C’est difficile. Tous les enfants veulent jouer au football. »

Au cours de sa carrière, il a remporté 10 titres ATP, dont le Masters de Paris 2010.

Les cinq meilleurs joueurs de Suède (au 7/6/2018)

No.122 Elias Ymer
No.303 Markus Eriksson
No.368 Mikael Ymer
No.419 Christian Lindell
No.605 Jonathan Mridha

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.