Le TATB est un cycle benzénique avec une alternance de groupes nitro et amino attachés autour de lui. En tant qu’explosif, il a une vitesse de détonation de 7 350 mètres par seconde, inférieure au RDX (8 750), mais supérieure au TNT (6 900).

 TATB

La principale caractéristique distinctive du TATB est son insensibilité aux chocs, aux chocs, aux vibrations ou aux flammes. Il est extrêmement difficile de détoner accidentellement. C’est une grande préoccupation pour les armes nucléaires, qui sont activées par des explosifs puissants (une explosion nucléaire accidentelle pourrait être quelque peu embarrassante). Les explosifs qui pourraient être transportés par avion doivent pouvoir toucher le sol sans se déclencher en cas d’écrasement.

Le TATB est parfois mélangé à d’autres explosifs (tels que 15% de HMX dans l’explosif lié au plastique PBX-9503), mais il est généralement utilisé seul pour tirer le meilleur parti de son insensibilité à une détonation accidentelle.

Le TATB, testé pour la première fois en 1955 et 1956, est le premier d’une classe d’explosifs sélectionnés pour leur insensibilité. D’autres dans cette classe incluent FOX-7.

Lors de l’utilisation d’un explosif plus sensible, tel que le TNT, le RDX ou le HMX, un cordon détonant peut suffire pour déclencher l’appareil. Le TATB ne détonnera pas de manière fiable à partir du cordon détonant, de sorte qu’un explosif secondaire plus sensible (tel que le HMX) est utilisé, et le TATB devient un explosif tertiaire.

Le TATB est une molécule très plate, similaire au graphite. Cela lui confère un effet lubrifiant (lubrification) qui le rend facile à presser dans des moules tout en conservant la densité élevée nécessaire à un explosif élevé. Lorsqu’il est couplé à un polymère fluoré (tel que le téflon) dans un explosif lié à un polymère, cet effet est accru.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.